vendredi 10 septembre 2010

Station de ski en Patagonie

Cela faisait un moment que nous n'avions pas skié car l'année dernière nous avions enchaîné 2 étés à la suite en changeant d'hémisphère. La dernière fois que nous avions vu la neige c'était donc en France il y a un an 1/2, et pour ma part je n'avais pas chaussé de skis depuis 2 ans 1/2 puisque durant ce dernier hiver j'étais enceinte de Dimitri.

Nous sommes donc partis refaire le plein de poudreuse et de grands espaces en testant le ski en Argentine, à Bariloche plus exactement qui a ici la réputation d'être la station la plus importante d'Amérique du Sud. Elle se situe en Patagonie, au pied de la Cordillère des Andes, à quelques dizaines de kms de la frontière chilienne.


Le concept de station se ski tel que nous le connaissons en France avec tout le nécessaire à portée de main n'existe pas vraiment ici. La majorité des infrastructures hôtelières et des commerçants se trouve à San Carlos de Bariloche, tandis que le ski en lui-même se pratique à une vingtaine de kms au Cerro Catedral. Les touristes prennent donc la navette tous les jours avec leur équipement pour se rendre au domaine skiable. Sur place, au pied des pistes, il y a quelques possibilités de logement mais très peu, une poignée de restaurants, et le seul magasin de nourriture consiste en 2 ou 3 étagères cachées au fond d'un restaurant-bar-tabac-boulangerie, de quoi s'acheter une soupe en sachet ou un paquet de pâtes.

Clairement les gens ne viennent pas ici pour cuisiner et pour cause, tous arrivent ici avec des formules tout inclus "avion-hôtel-pension complète-materiel-forfait-vêtements". Car en Argentine on se rend au ski en avion en raison des distances, et tout est fait pour que les Brésiliens, la majorité des touristes, qui débarquent ici en tongs, ou les groupes d'étudiants venant fêter leur diplôme, n'aient aucune question à se poser en arrivant. Aussi surprenant que cela puisse paraître quand on arrive de France, les packages incluent ici la location de la tenue, de la combinaison de ski aux après-skis en passant par les moufles ou le sac-à-dos. On trouve d'ailleurs sur place des magasins de location de vêtements au même titre que la location des skis. Il en résulte que l'on croise dans la station des groupes entiers de personnes habillées pareil de la tête aux pieds.

Ici par exemple on a le groupe des bleus,

Là les men in black,

Ici la confrérie des rouges...


Nous avions quant-à-nous trouvé un hébergement au sein même du Cerro Catedral. Nous tenions absolument à être sur place pour ne pas avoir à prendre une navette et pour simplifier la logistique, qui avec l'association 'skis + enfants' est déjà costaud.



2 commentaires:

Los Raffytos de Mexico a dit…

Incroyable !!! on n'imaginerait pas être en Argentine, mais au fin fonnnnnd de la Suiiiiissse.
Et dire que rentrés de Mexico, on attend dans les starting blocks les premières neiges pour faire crisser les carres...
on aurait pu pendant ces deux années, prendre l'avion avec nos tongs et prendre une location de type "end-to-end" (je te rappelle quelques termes de notre métier pour que tu n'oublies tout de même pas qu'un jour il va falloir rentrer au C3... d'ailleurs on aimerait bien te voir changer d'équipe et passer chez GAP (Christophe si tu lis ce post ne te mets pas en colère !!))..
Besitos..

Virginie a dit…

On ne soupçonne pas à priori ce genre de paysages en Argentine, mais comptez sur moi pour vous faire découvrir le pays côté "back office". Sinon pour surveiller les "flux" neigeux de votre côté, rien de tel qu'on petit "rss" météo dans "Seek&Share"... Ouh là je déraille, c'est parce que tu m'as parlé du C3, ne t'inquiètes pas j'ai pas encore oublié.
Besos!